Carême 2017 – Une réforme de l’Église

En parlant de la repentance, Jésus souligna par deux fois : « À moins que vous ne vous repentiez, vous périrez tous ! ». Et Il poursuivit avec la Parabole du figuier stérile : « Alors il dit au vigneron: Voilà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, et je n’en trouve point. Coupe-le : pourquoi occupe-t-il la terre inutilement ? Le vigneron lui répondit: Seigneur, laisse-le encore cette année; je creuserai tout autour, et j’y mettrai du fumier. Peut-être à l’avenir donnera-t-il du fruit; sinon, tu le couperas. » (Luc, 13:1-9) Cette parabole vous concerne également. Jésus vous donne une chance cette année aussi, en ce temps de Carême. Si vous ne donnez pas des fruits dignes de repentance, vous souffrirez le même sort que le figuier stérile. Vous serez abattu, jeté hors de la vigne de Dieu et balancé au feu.

Jean XXIII et son aggiornamento ont ouvert l’Eglise à la pensée laïque. Aujourd’hui, cet aggiornamento suicidaire est accompli par le pape François qui embrasse les pieds des transsexuels et favorise l’islamisation dans chaque paroisse.

En 1911, lorsque Roncalli (Jean XXIII) travaillait en tant que professeur d’histoire, son nom fut mis à l’Index avec les noms des modernistes, parce qu’il répandait des hérésies au séminaire de Bergame. Il avait adopté les hérésies de L. Duchesne. Roncalli ne renonça pas à l’esprit hérétique. Il lui ouvrit la porte via le Concile de Vatican II. Aujourd’hui, nous en récoltons les fruits pernicieux. Il a commis le crime le plus grave : il a abusé de l’autorité pontificale suprême et de l’autorité du Concile afin de perpétrer le suicide progressif de l’Église. Il a abusé de la pensée catholique qui ne permettait pas même la possibilité que le pape ou le Concile puissent commettre des erreurs.

Aujourd’hui, après plus de 50 ans, si nous voulons montrer un vrai repentir, nous devons l’admettre : Jean XXIII était un hérétique ; Vatican II était un Concile hérétique. Le premier commandement nous dit d’adorer le Dieu unique ; cependant, le Concile nous dit de considérer avec un respect les cultes païens, c’est-à-dire adorer leurs démons. Vatican II est également responsable de l’islamisation postconciliaire de l’Europe.

Aujourd’hui, François achève le processus du suicide de l’Église. Les fruits de Vatican II sont ce que les sociologues appellent « un monde postchrétien »et « une culture postchrétienne ». Cependant, il n’y a pas de monde postislamique ni de culture postislamique ! Si le christianisme sans vie veut établir le dialogue ou vivre en coexistence avec l’Islam agressif, il ne faudra que quelques années avant que le Croissant-Rouge et la charia  ne règnent sur l’Europe.

Certains comparent le monde postchrétien occidental à un patient dont le mode de vie immoral et impie lui cause de sérieux problèmes de santé. Cependant, ce patient refuse le traitement qui nécessite un changement de mode de vie, et choisit l’euthanasie. En embrassant l’aggiornamento de Vatican II, l’Église chasse l’esprit de repentance et développe une maladie spirituelle mortelle. Cependant, elle refuse obstinément le traitement qui exige la repentance, c’est-à-dire un changement de vie. Elle choisit l’euthanasie spirituelle. Les évêques et les prêtres négligent de souligner les vérités essentielles de la foi chrétienne. Ils négligent d’avertir les croyants de la réalité de la mort, du jugement et de l’éternité. Ils négligent de les avertir de la ruse du péché et de ses fruits tragiques – à savoir, la souffrance temporelle et éternelle. Ils prêchent de simples philosophies ou psychologies, et remplacent la mission salvatrice par un dialogue interreligieux absurde. Ce n’est que si nous admettons enfin la réalité du péché en nous, et le fait que ce péché continue à nous tromper et à nous asservir, que nous comprendrons vraiment l’unité du salut par le sacrifice rédempteur du Christ sur la croix.

Sans repentir, l’Esprit de Dieu ne peut pas restaurer l’Église catholique !

Seule une Eglise restaurée par le repentir possède la force de résister au processus de l’islamisation, ainsi qu’à l’aggiornamento possédant l’esprit du monde. Une telle Eglise peut alors accomplir une véritable mission afin de sauver les âmes immortelles. Par le commandement du Christ, nous nous sommes engagés à proclamer l’Evangile à tous, non seulement aux bouddhistes, aux hindous ou aux musulmans, mais aussi aux Juifs ! Seul le Christ peut enlever le péché de notre cœur. Ni Bouddha ni Muhammad ne peuvent le faire.

La remise en question de la papauté actuelle

Le 15 décembre 2016, François et ses proches collègues ont présenté une proposition de ce que l’on appelle une décentralisation, par laquelle le Pape ne sera plus qu’un symbole d’unité. Y a-t-il encore un moyen de sortir de la crise de la papauté – une crise qui a atteint son point culminant sous François ? Tout au long de l’histoire, il y a eu plus de 30 antipapes, une longue période de double ou de triple papauté… Néanmoins, la nature de la papauté a été préservée.

Que Dieu soit remercié pour les quatre cardinaux qui ont défendu les fondements moraux, même au prix d’être déshonorés. L’une des options existantes est qu’après avoir fait un véritable geste de repentance, eux-mêmes, seuls ou avec d’autres cardinaux qui se tiennent en unité intérieure avec eux, éliront un nouveau Pape. Un groupe libéral, aujourd’hui, ne pourrait qu’élire un antipape hérétique, qui serait évidemment non valable, tout comme le pseudo-pape François est non valable ! Selon la bulle dogmatique de Paul IV, François, étant un hérétique manifeste, n’occupe pas le poste de Pierre de façon valable.

Dieu possède de nombreux moyens de nous sauver, mais il y a une condition préalable de notre part pour cela : montrer de la véritable repentance.

À l’époque où il y avait trois papes, John Huss, un prêtre tchèque, appela à une réforme morale du clergé et de la hiérarchie. Ils lui imputèrent des hérésies qu’il n’avait jamais prêchées. Ils le brûlèrent sur le bûcher et refusèrent de se repentir. Un autre prêtre, Martin Luther, s’exprima, et la moitié des croyants catholiques abandonna l’Église.

Puis vint le concile de Trente, tenu par des saints ! Le résultat fut une réforme et de nombreux saints.

Puis vint le Concile de Vatican II, tenu par des hérétiques. Le résultat en fut la déformation et de nombreux hérétiques.

Le devoir de se repentir est avant tout le devoir de tout cardinal, de chaque évêque et de chaque prêtre. L’acte de repentance est un acte d’humilité et de vérité. Il faut admettre son erreur : j’ai été trompé, mais maintenant je me trouve dans la lumière de Dieu, via la croix du Christ, et je lui donne mes fautes et mes péchés. Le geste extérieur de cette repentance est une renonciation verbale et écrite aux hérésies, ainsi que la reconnaissance de la foi des apôtres, des saints et des martyrs. Que ce serment soit prononcé en présence de deux témoins, et appuyé à la fois par votre signature et par la leur. Ce serment peut être comparé au serment antimoderniste de saint Pie X. Ce serment est la condition pour la suppression de la malédiction spirituelle qui pèse pour le moment sur les épaules d’un grand nombre de représentants de l’Eglise. Ce serment doit également être prononcé par chaque prêtre ! Ce serment exprime l’essence nécessaire de la réforme spirituelle, et il en fournit les lignes directrices. N’oubliez pas qu’une copie de ce document sera inscrite avec votre nom dans le Livre de Vie. À l’heure de la mort, lorsque chaque cardinal, évêque et prêtre se tiendra devant le tribunal de Dieu, ils seront confrontés à ce document.

Jésus dit clairement: « A moins que vous ne vous repentiez, vous périrez tous » (Luc, 13:3).

La chose la plus importante pour vous consiste à sauver votre âme immortelle et à ne pas être condamné pour l’éternité ! Peut-être que cet appel au repentir lors du Carême constitue votre dernière chance. Jésus vous avertit dans la Parabole du figuier stérile ! Que vous soyez prêtre, évêque ou cardinal, si vous refusez de vous repentir, vous amènerez une sentence de mort éternelle – la condamnation éternelle – sur vous-même !

(Voir vidéo: http://vkpatriarhat.org.ua/fr/?p=11869, https://youtu.be/-HLIM4mTq_8)

 

Le serment de fidélité au Christ et à l’Église :
1) Je renonce à l’esprit de l’Antéchrist, à l’esprit du néo-modernisme historico-critique et à l’athéisme qui se cache derrière lui !
2) Je renonce à l’esprit du syncrétisme, à l’esprit de Nostra Aetate, c’est-à-dire à l’esprit du respect pour les cultes païens et pour leurs démons, et à sa réalisation pratique dans le dialogue interreligieux (Assise, Astana…) !
3) Je renonce à l’esprit de l’idéologie du genre qui promeut toutes les formes de déviation sexuelle (LGBTQ) !
4) Je renonce à l’esprit du satanisme qui se cache derrière le système de justice pour les mineurs, système qui abuse des enfants mentalement, sexuellement et physiquement, et qui les tue !
5) Je renonce à Satan et aux démons, en particulier à ceux qui œuvrent de nos jours à travers diverses formes cachées de magie, de divination et de spiritualisme (homéopathie, acupuncture, hypnose, divination par pendule…), et je renonce aussi à l’esprit du Nouvel Age !
6) Je renonce à l’esprit de la franc-maçonnerie et du Nouvel Ordre Mondial qui programme l’auto-génocide moral, spirituel et physique de l’humanité !
7) Je renonce à tous les démons religieux, en particulier à l’esprit du pharisaïsme, du sadducéanisme, à la fierté religieuse, au cérémonialisme sans esprit, au légalisme mortel et au mammonisme de Judas.
Je crois et reconnais que, pour moi et pour mes péchés, le Seigneur Jésus-Christ est mort sur la croix et est ressuscité le troisième jour, vraiment et historiquement !
Je reçois le Seigneur Jésus en tant que mon Sauveur, je Lui confie ma vie et je veux la Lui confier chaque jour !
Je reçois et veux recevoir chaque jour le testament de la croix exprimé dans les paroles du Christ au disciple : « Voici ta Mère ! ».
Je reçois et veux recevoir chaque jour la plénitude du Saint-Esprit afin d’être un martyr (témoin) du Christ, comme les Apôtres !
Signature ____________________________________
Le ________________________

 

Elie

Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr                + Timothée OSBMr

Evêques secrétaires

http://vkpatriarhat.org.ua/fr/?page_id=9564

 

Prague, le 1er mars 2017.

 

Téléchargement: Carême 2017 – Une réforme de l’Église (1/3/2017)

 

Choisissez la langue

Recherche

La Parole de Vie

“ Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. ”

Eph. 2 : 8-9 (21/5/17 – 4/6/2017)

MICRO-PUCES IMPLANTABLES

  • Le Patriarcat Catholique Byzantin (BCP) publie une série d’articles élaborés par un érudit qui s’est résolu à les fournir gratuitement au Patriarcat, afin de répandre les informations à ce sujet [...]

  • 9. CONCLUSIONS + 10. SOURCES ET REFERENCES

    9. CONCLUSIONS   Cet article est destiné à vous informer de dangers bien réels que les médias de masse cachent ou déforment. Le but est que vous puissiez à votre [...]

  • 8. DES TECHNOLOGIES EN COMPLEMENT DES MICRO-PUCES IMPLANTABLES

    Nous allons ici aborder, de façon non exhaustive, certaines technologies existantes et qui pourraient être associées aux micro-puces implantables pour les perfectionner ou pour augmenter la manipulation et le contrôle [...]

  • 7. LE DANGER SPIRITUEL ET BIBLIQUE DE LA PUCE

    Même si vous n’êtes pas croyants/croyantes, je pense que ce petit chapitre pourrait vous être très utile. La Bible recèle de nombreux messages importants. L’Ancien Testament a été écrit en [...]

  • 6. COMMENT “ON” ESSAIERA DE NOUS FAIRE ACCEPTER CETTE MAUDITE MICRO-PUCE

    Comme nous l’avons dit ci-dessus, on nous présentera la microchip sous-cutanée sous ses meilleurs aspects afin de nous la faire accepter et de « faire passer la pilule ». Mais [...]